Levée de fonds pour start-up : comment la faire avec succès ?

Deux personnes se serrent de main

La levée de fonds pour start-up est une partie cruciale dans la vie d’une start-up. Elle permet généralement de financer le démarrage de la start-up. Mais également de pouvoir la développer en attirant de nouveaux investisseurs. Pour permettre une levée de fonds réussie, il faut avant tout comprendre son utilisation et ses conséquences.

Qu’est-ce que la levée de fonds pour start-up ?

C’est une technique qui sert à lever des fonds (argent) pour le lancement d’une jeune entreprise innovante. Elle peut être aussi utilisée pour développer la start-up. Elle consiste à faire entrer dans le capital de la société des investisseurs en échange de fonds dont la start-up a besoin pour arriver à ses objectifs. Pour être clair, l’entreprise cède des parts de la société à un investisseur qui règle ces parts avec une somme d’argent.

En général, l’investisseur ne reste pas sur du long terme. Ces parts sont cédées pour une durée limitée. Le but pour l’investisseur est de faire une plus-value à court ou moyen terme. En effet, il mise sur le potentiel de la start-up pour faire de l’argent rapidement en revendant les parts achetées. Cela peut être défini avec l’investisseur au moment de la levée des fonds.

Les enjeux respectifs de la levée de fonds de la start-up et de l’investisseur sont : 

Pour la start-up qui a besoin de fonds : 

  • emprunt bancaire ;
  • autofinancement ;
  • crowdfunding qui est un financement participatif ;
  • business angels ; 
  • banque publique d’investissement (BPI) ;
  • sociétes capital risque qui sont des investisseurs institutionnels ou des fonds dits fiscaux.

Pour l’investisseur : 

  • un placement rentable ;
  • il limite sa participation à l’apport financier ;
  • faire fructifier ses fonds ;
  • faire une plus-value en sortant au moment opportun.

Les conséquences de la levée de fonds pour start-up

Tout d’abord, avant de faire entrer un investisseur dans le capital de la start-up, il est primordial de comprendre les conséquences d’une levée de fonds d’entreprise sur ses capitaux. Ensuite, la traduction au niveau juridique est une augmentation du capital de l’entreprise et l’émission de nouvelles parts. Enfin, deux résultats pour la start-up : 

Le premier est que la jeune entreprise innovante augmente ses propres capitaux. Ce qui signifie qu’elle peut se développer en investissant sur des matériels et du personnel. L’avantage pour la start-up est que cette levée de fonds ne l’endette pas. Le risque est plus sur l’investisseur, car l’entreprise ne rembourse pas les fonds versés par ce dernier. La rétribution, pour lui, se fait à la revente de ses parts achetées et à l’occasion des versements de dividendes. Un autre avantage de la levée de fonds pour la start-up, c’est qu’elle peut profiter du business de l’investisseur qui est expérimenté. Ce qui veut dire que cela peut s’étendre sur le réseau de celui-ci et permettre l’ouverture pour la start-up d’opportunités de business.

La seconde est la dilution des parts des fondateurs en transmettant des parts à l’investisseur. Ce qui veut dire que les parts des fondateurs de la société sont diminuées en pourcentage par rapport au capital social de l’entreprise. Cette dilution est le gros désagrément de la levée de fonds pour start-up. Le fondateur associé réduit également ses dividendes et ses droits de votes. Ce qui signifie pour le fondateur de la start-up un manque à gagner. Mais pas que cela. En effet, il peut par ailleurs être en désaccord avec l’investisseur lors des assemblées générales. Cela peut créer des tensions lorsque la vision stratégique de l’investisseur n’est pas en raccord avec celle du fondateur.

Réaliser une levée de fonds pour start-up

Pour bien réussir la levée de fonds, il est absolument nécessaire de suivre des étapes très méticuleusement. Si vous voulez qu’elle soit un succès, les étapes ci-dessus vont vous aider à bien procéder.

La levée de fonds pour start-up
Comprendre les enjeux et avoir les atouts pour réussir la levée de fonds.

Fixer les objectifs de cette levée de fonds pour start-up

La levée de fonds est envisagée comme moyen de financement réel et confirmé. La start-up à des objectifs de développement bien définis. Et, pour cela, elle a besoin de capitaux supplémentaires, car ses propres capitaux ne suffisent pas à atteindre les objectifs dans les délais.

Bien faire le business plan

Dès que les objectifs de la levée de fonds sont définis, les fondateurs de la start-up doivent bien faire le business plan. Celui-ci doit être solide et très attractif, ce qui permettra de valoriser la jeune entreprise à l’investisseur. Ainsi, par ce fait, l’investisseur verra à quoi sert le financement. Le business plan doit répondre à des questions que l’investisseur se pose : 

  • à quoi serviront les fonds ;
  • comment ils seront distribués ;
  • les perspectives de la start-up à moyen terme ;
  • combien de fonds a besoin l’entreprise.

Tous les chiffres que vous allez annoncer doivent être le plus précis possible.

Établir l’identité du futur investisseur

Une fois que le business plan est prêt, la start-up doit chercher et trouver un investisseur qui sera susceptible d’être intéressé par votre entreprise. En temps normal, ce sont des fonds d’investissement. La start-up, pour faire une levée de fonds, peut se tourner vers des business angel. Ce sont en fait des particuliers qui investissent des fonds privés dans la jeune entreprise.

Afin que les chances soient grandes, la start-up, identifie bien que l’investisseur est spécialisé dans le domaine d’activité. Il est préférable de faire entrer dans le capital un investisseur qui possède une bonne expertise, un bon savoir-faire et un réseau utile comme nous l’avons vu plus haut. La start-up regarde les moyens financiers du potentiel investisseur. 

Le pitch de la levée de fonds pour start-up

Après avoir établi le profil des potentiels investisseurs, vous leur envoyez le business plan. Les retours sont positifs et vous organisez un rendez-vous. C’est lors de ce rendez-vous que le fondateur de la start-up fait son pitch deck. Afin de finir de convaincre l’investisseur et d’obtenir les fonds. Pour cela, le fondateur doit être convaincant et sûr de lui. Ce pitch deck est crucial dans la prise de décision du potentiel investisseur.

Rassurez-vous, cela ne dure pas des heures. Juste quelques minutes, car ils ont lu le business plan. Mais, vous devez être en mesure de répondre à toutes les questions qu’ils vous poseront. Vous devez connaître tous les chiffres par cœur, et pour cette raison, peaufiner bien votre présentation orale : 

  • la faisabilité technique ;
  • le projet commercial ;
  • l’aspect du marché.

Attendez-vous à devoir répondre à des questions qui seront techniques et qui ne relève peut-être pas de vos compétences. 

La lettre d’intention : la négocier

C’est une étape qui, il faut le dire, est un peu délicate. En effet, il s’agit de contractualiser les conditions de participations de l’investisseur. Les deux parties se mettent d’accord sur : 

  • les parts accordées ;
  • la valorisation de la jeune entreprise ;
  • et les modalités de sorties.

La difficulté est que les objectifs des deux parties ne sont pas les mêmes. D’un côté, le fondateur qui lui veut obtenir un maximum de fonds pour développer la start-up. Mais aussi, céder le moins de parts possible pour en garder le contrôle. Et de l’autre, les intérêts de l’investisseur qui, eux, sont carrément l’opposé. Dans la lettre d’intention, il sera précisé : 

  • les aspects juridiques de modification des statuts de la start-up ;
  • l’étendue des droits de vote ;
  • les droits de regards sur la gestion.

Finaliser la levée de fonds pour start-up

Une fois que la lettre d’intention relative à la levée de fonds est signée par les deux parties, une assemblée générale acte l’augmentation du capital. Sans oublier de mentionner la répartition des parts aux investisseurs.

L’investisseur règle la somme convenue pour la part ou titre, plus une prime d’émission qui va égaliser les droits des anciens et nouveaux associés. Le montant est réglé par virement et la banque donne un certificat du dépositaire.

Pour finir, la start-up enregistre la levée de fonds au Tribunal de commerce dont elle dépend. Elle donne également la modification des status et une copie de l’attestation au JAL (journal d’annonces légales).

Ainsi, si vous souhaitez réussir une levée de fonds pour votre start-up, ces étapes peuvent vous y aider. Pour cela, vous devez être méticuleux et bien peaufiner votre pitch deck qui est déterminant.

Laisser un commentaire

En savoir plus sur Clair Finance

Abonnez-vous pour poursuivre la lecture et avoir accès à l’ensemble des archives.

Continue reading